Le Deltaplane

C’est quoi ?

  • Le Deltaplane ou aile volante est constitué d’une structure en alliages ou en carbone, sur laquelle est tendue une toile en Dacron et Mylar.
  • Des lattes et des cables permettent de rigidifier la structure et de tendre l’aile. Mais tout l’ensemble est démontable et se range en tube de 20 cm de diamètre et de 5.50 m de long, pour un poids total de 16 kg pour les ailes « école », de 25kg à 30 kgpour les ailes de loisir et de 30 à 35 kg pour les ailesde compétitions.
  • Le pilote est accroché dans le dos par l’intermédiaire de son harnais à la quille du delta. Il est couché sur le ventre et pilote son aile en manipulant la barre de contrôle ou speed bar, partie basse du trapèze.
  • Par la même, il déplace le poids de son corps latéralement pour tourner, ou d’avant en arrière pour accélérer ou ralentir. Ces mouvements induisent sur la voile des déformations qui permettent à l’aile de virer.
  • La finesse* de ailes est de l’ordre de 9 pour les ailes bi-places et va jusqu’a 16 pour les ailes de compétitions.
  • La vitesse de croisière est de l’ordre de 45 km/h, les vitesses maximales de 70 à 90 km/h.
  • Cette activité a atteint son apogée vers les années 1985 avec 7000 licenciés à la Fédération Française, 9800 licenciés en 1987. Actuellement le nombre de pratiquants est stabilisé autour de 2000 avec un faible taux de renouvellement malgré la présence d’écoles spécifiques de delta.
  • De plus l’apparition du parapente, moins performant mais plus léger à la formation plus rapide, a contribué à la stabilisation du deltaplane.
  • C’est une pratique qui demande de bonnes aptitudes physiques, du sérieux, de la motivation et qui offre des gratifications à la hauteur des investissements consentis. De nombreux parapentistes confirmés se tournent vers cette technique de vol attirés par la position (vol couché sur le ventre) et les performances (vitesse, finesse et aptitudes au vol acrobatique)
  • Voir aussi la page treuil et remorqué
  • Un simulateur delta.